Le point sur les compléments alimentaires

Actualités Anne POLLART

Définition officielle
(donnée par la directive 2002/46/CE relative au rapprochement des législations des états membres concernant les compléments alimentaires)

Les compléments alimentaires sont des sources concentrées de nutriments, c’est  dire de vitamines  et de sels minéraux, de substances à but nutritionnel ou physiologique, ou de plantes et de préparations de plantes qui ont pour but de pallier les carences du régime alimentaire régulier d’une personne.

Composition

Les compléments alimentaires peuvent être composés de :

  • Vitamines & Minéraux
  • Substances à but nutritionnel ou physiologique
  • Plantes ou préparations de plantes
  • Les Novel Foods (aliments ou ingrédients alimentaires non consommés dans la Communauté européenne avant 1997. Ils peuvent être d'origine végétale, animale, issus de la recherche scientifique et technologique, mais aussi de traditions ou de cultures alimentaires de pays tiers)
  • Autres ingrédients

Origine première du complément alimentaire 

Il est à but nutritionnel et/ou physiologique à consommer sous forme de dose. C’est un produit conçu pour entretenir  la bonne santé (pas pour guérir) ou rétablir l’équilibre et un confort de vie.

Le marché

Le marché des compléments alimentaires est en bonne santé représentant 1,9 milliard d’euros pour 2018. Il est en constante augmentation.

Les laboratoires fleurissent. Le choix est considérable mais au-delà du fait que tout complément est actif et qu’une auto complémentation n’est pas sans conséquences, le marché est un commerce de plus en plus rentable. A chaque symptôme son complément.

30% de la population en utilise au moins une fois par an. La moitié sont vendus en pharmacie/parapharmacie , 20% sur internet, 17% magasins bios et 11% en grande surface.

Quasi tous en automédication en démarche volontaire.

La qualité

Même si le produit parait « alléchant », pur et naturel, fabriqué dans les bonnes pratiques de fabrication, crées par des chercheurs en laboratoires qui s'emploient à transformer l'intelligence de la nature en solutions naturelles, en combinant science, créativité et parfaite sécurité, dans le respect de notre environnement. 
- phrase relevée sur le site d'un grand laboratoire de plantes vendues en pharmacie dont je taierai le nom (je me méfie de ce que l’être humain transforme, la nature a-t-elle besoin d’être transformée ?)
En réalité, ce sont de belles phrases mais la qualité de ces produits est pour la grande majorité plus que médiocre.
Bon nombre de compléments contiennent des substances ou additifs qui peuvent être indésirables, controversés. Sans compter que très souvent, ces complèments en vente libre ne contiennent pas assez de principes actifs.

Je vois des compléments alimentaires contenant
- du dioxyde de titane
- des nanoparticules,
- des plantes irradiées,
- des gélules en gélatine animale (avez-vous déjà vu les reportages concernant la gélatine et sa qualité grandement controversée ?),
- des gélules issus du végétal en HPMC (HydroxyPropylMethylCellulose), fabriquées à partie de cellulose de pin transformées lors de réactions faisant intervenir des solvants chimiques, les solvants chimiques même si ils sont au mieux « nettoyés » restent en parti dans le produit fini, ils ne s’envolent pas par enchantement, La gélule représente quand même 26 % du poids du produit,
- des plantes utilisées pour la composition du produit mais non analysées afin de connaître les si il y a des  germes pathogènes, des mycotoxines, des substances radioactives, des traces d’ionisation, des résidus d’herbicides, pesticides, insecticides, métaux lourds et nitrates :
 Les plantes médicinales et les épices issues de l'agriculture traditionnelle sont soumises aux mêmes règles que les autres produits agricoles à destination alimentaire, ce qui signifie qu’il n’y a pas de restrictions spécifiques concernant ces productions en matière d’utilisation d’engrais, de pesticides ou d’herbicides pendant la culture, par exemple. Le législateur n’a pas prévu de lois spéciales pour les plantes médicinales, même si elles sont cultivées dans un but thérapeutique, méfiez vous de la culture non biologique !
- avec des ogm,
- de l’aspartame,
- les souches des probiotiques animales (bien souvent du porc)
-  avec parabènes,
- avec colorants artificiels,
- testés sur les animaux,
- avec du stéarate de magnésium d’origine chimique,
- des maltodextrines (sucres),
- des omega 3 issus des poissons, sans label epax, souvent saturés en métaux lourds,
Et je suis sûre que j’en oublie.

Peu de laboratoires fabriquent des compléments réellement exempt de ces produits. Ceux qui le font s’engagent et vous indiquent clairement dans leur charte, la non utilisation de toutes ces substances, cela nécessite de la recherche sur le laboratoire, la composition du produit, l’origine, la gélule, la composition avant d’acheter, connaître les minimums requis de principes actifs pour que ce complément soit efficace (vérifier et rechercher les études*). 
*Des études permettent de vérifier quelles sont les principes actifs et à quelles doses minimum ils sont actifs. Parfois la dose maximum à utiliser et les précautions concernant la molécule active. Afin de s’assurer de la sécurité et l’efficacité du produit. 
J’ai vu des probiotiques avec du dioxyde de titane, des compléments avec tellement peu de principe actif qu’il sera forcément inefficace (et pas forcément moins cher). Des plantes venues d’Amazonie que l’on a peu étudiées alors qu’on en a dans notre biotope local connues, sécurisantes et efficaces, sans aller détruire des richesses utilisées par les autochtones sans parler du transport loin d’être écologique et de la main d'oeuvre loin d'être équitable.
Exemple un peu différent mais intéressant :  le comble des compléments alimentaires du curcuma et de la piperine : Le curcuma est un puissant anti inflammatoire, si vous souffrez d'inflammation, il y a 99,99% de probabilité pour que vous souffriez d'hyperperméabilité intestinale. Il est évident que la pipérine augmente la biodisponibilité du curcuma (et donc potentialise l'activité du curcuma), car son principe est d'écarter les jonctions serrées de l'intestin, ce qui n'arrangera pas votre hyperpermeabilité ! Et donc à terme vos problèmes inflammatoires. Mais une seule étude a été faite et tous les laboratoires se sont lancés dans le créneau tendance pour faire vendre. De plus la plupart du temps, ce curcuma n'est pas bio, et je vous laisse imaginer sa culture en Inde....
Voici pour vous faire une idée l'exemple d'un laboratoire (que j'ai sélectionné et avec lequel je travaille) qui s'est engagé sur ces produits, cette charte est clairement affichée sur son site, et ses produits : https://www.memory-therapy.com/images/upload/2019/06/exemple-engagement-qualite-d-un-laboratoire.pdf

La nécessité, le besoin, l'efficacité d'un complément

Il est parfois nécessaire afin de redonner une information au corps de prendre un complément alimentaire de qualité, bien étudié, comme nous venons de le voir. Mais celui-ci ne doit pas être une fin en soi. Il peut être pris la plupart du temps en cure de 3 semaines (jusqu’à 3 mois selon la vitalité du corps et le travail à faire), mais ne doit en aucun cas être pris au long terme, ou régulièrement. 

Il est souvent bien plus efficace et sain, à court terme comme à long terme de travailler sur l’hygiène de vie, la gestion du stress, l’alimentation, la réflexologie plantaire, l’énergétique, l’émotionnel et de changer certaines mauvaises habitudes, de chercher et trouver l’épanouissement pour rééquilibrer le corps qui est interdépendant avec l’esprit.
Avec une ou plusieurs plantes locales, bien connues par leurs effets, si possible de notre jardin ou de notre balcon (que l’on aura le plaisir de planter et d’utiliser en tisane, macérat...), sélectionnée pour qu'elle soit parfaitement adaptée à votre corps (lire le test énergétique et les remèdes), accompagnée de quelques changements sera bien plus efficace que tous les compléments alimentaires.

Conclusion :

Pour moi le complément alimentaire doit être un engagement pour la nature, le corps, la santé à tous les niveaux. Cela doit être un engagement global. Beaucoup d’appelés mais peu d’élus, cela reste majoritairement un commerce de laboratoire.
Le vrai naturopathe (tous ne le font pas), a fait des recherches et travaille avec des laboratoires sérieux, il est à même de vous conseiller des produits exempts de substances indésirables, de bonne qualité, c’est un métier, une recherche.
Mais plus que tout, dans la plus pure tradition, le naturopathe énergéticien cherche à trouver la cause, pas traiter un symptôme, et rétablir l’équilibre du corps pour que le symptôme disparaisse.

Sur le marché aujourd’hui, il y a beaucoup de produits mais peu sont intéressants et beaucoup peu recommandables ou pas adaptés à votre corps et/ou vos besoins.

Quand j’ai commencé, il y aura bientôt 20 ans, nous utilisions les plantes. En tisane, décoction, en macération...et le reste était apporté en conseil en modifiant son alimentation, son hygiène de vie physique émotionnel, si besoin, il y avait peu de laboratoires de compléments alimentaires. Je déplore que la naturopathie devienne un commerce. Il est urgent de revenir aux fondamentaux, pour notre bien-être et celui de la planète (voir l'article Phytothérapie : revenons aux valeurs sûres.

Les compléments alimentaires nous vendent le rêve illusoire que l’on va prendre des petites gélules régulièrement (il faut assurer le commerce) en se donnant bonne conscience, et que tout va aller mieux et surtout sans rien changer à nos mauvaises habitudes et sans effort, j’ai souvent entendu dire, je préfère des gélules, faire une tisane, ça prend trop de temps.
Et nous repartons dans l’industrie, le produit transformé avec des additifs et une qualité loin d’être au top.

 Vous pensiez prendre un complément alimentaire pour votre santé ?

Je finirais sur une note légère et humoristique, ça me fait penser à une chanson de Goldman en 1983 :

Jeanine médicament Blues

« En liquide en pilule en poudre en comprimé
Les seuls à pouvoir encore me faire ressentir
Des morceaux d'émotion des bouffées de plaisir.
Une rose pour la vie
Une rouge pour l'amour
Une noire pour la nuit
Et une bleue pour le jour
Une jaune pour être speed
Une mauve pour être cool
Orange pour le rire
Et marron pour les moules
Une blanche pour être bien
Une verte pour la route »…

 

le-point-sur-les-complements-alimentaires

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis.

Donner votre avis

Security Image
* Informations obligatoires