Les plantes du sommeil

Les dossiers de la naturo Anne POLLART

Escholtzia

Nom Latin : Eschoscholtzia californica

Famille : Papavéracées

Noms vulgaires : Pavot de Californie

Ses Propriétés :

On reconnaît à l’eschoscholtzia des propriétés spasmolytiques et légèrement analgésiques (antidouleur). Ses préparations facilitent l’endormissement et améliorent la qualité du sommeil.

Son histoire :

Eschoscholtzia serait un mot créé par Chamisso, un poète, écrivain et botaniste franco-allemand. Il nomma cette plante en l’honneur du médecin naturaliste allemand Eschoscholtz. L’eschoscholtzia, récoltée principalement sur le littoral californien, est cultivée en Europe depuis 1790.

Comment la reconnaître :

Cette plante de 40 à 50 cm de haut pousse annuellement aux Etats-Unis. Elle est annuelle ou bisannuelle en Europe. Ses tiges sont couvertes de feuilles verdâtres composées de fines lanières terminées par des fleurs solitaires. Son fruit est une sorte de capsule en forme de silique.

Parties utilisées : Les parties utilisées sont les parties aériennes.

Posologie

Contre les troubles du sommeil, le surmenage EN USAGE INTERNE

Infusion : 1 cuillère à café de plante séchée par tasse d’eau bouillante. Laisser infuser 10 min. Filtrer. Boire une ou 2 tasses le soir. ou
Extrait fluide : 1 à 2 ml dans un verre d’eau le soir. ou
Gélules dosées à 50-75 mg d’extrait sec : 1 ou 2, le soir au coucher. ou
Teinture-mère : 45 à 75 gouttes dans un verre d’eau, le soir.

Précautions d’emploi et contre-indications

L’eschoscholtzia ne présente pas à ce jour d’effets indésirables. Comme toutes les plantes, il peut être nocif en quantités inappropriées. Respectez toujours les doses recommandées. Ne pas donner en dessous de 6 ans sans avis médical.

Valériane

Nom latin : Valeriana officinalis

Famille : Valérianacées

Noms vulgaires : herbe-aux-coupures, herbe-à-la-femme-battue, guérit-tout, herbe-au-loup, herbe-aux-chats.

Ses propriétés

La valériane est efficace sur le système nerveux central. Elle a aussi des effets antispasmodiques. Plusieurs études ont été menées, notamment en gériatrie, sur des patients souffrant d’insomnie ou de troubles nerveux. On a constaté que, d’une façon générale, la valériane raccourcissait le temps d’endormissement et améliorait la qualité du sommeil.

Son histoire

Du latin valere, son nom signifie « bien se porter ». Dans l’Antiquité, la valériane était utilisée pour soigner les contractions nerveuses. Jusqu’au XIXe siècle, elle traitait l’épilepsie, les convulsions infantiles, les maux d’estomac, ainsi que l’hystérie. Son seul désavantage : l’odeur désagréable qui se dégage de ses racines séchées et de ses fleurs fanées !

Comment la reconnaître ?

La valériane est une plante herbacée. Elle possède une tige dressée, ornée de cannelures. Elle peut atteindre deux mètres de hauteur. Ses feuilles sont groupées autour de la tige.

Parties utilisées  : Les parties utilisées de la valériane sont les parties souterraines (rhizome, racine, stolon).

Posologie

EN USAGE INTERNE

Contre les troubles neurovégétatifs, troubles légers du sommeil

Infusion : laisser infuser 15 min. 1 cuill. à soupe de rhizome par tasse d’eau bouillante. Filtrer. 1 tasse en fin d’après-midi et/ou vers 20 h.
Gélules de poudre : 2 par jour pendant le repas (troubles neurovégétatifs) ou 2 avant le dîner et 2 au coucher (troubles légers du sommeil).
Gélules dosées à 50-100 mg d’extrait sec : 2 gélules 3 fois par jour.
Extrait aqueux ou hydroalcoolique titré à moins de 30° d’alcool, suspension ou solution buvable : 1 à 2 fois par jour (troubles neurovégétatifs) et 1 fois au coucher (troubles légers du sommeil).

Précautions d’emploi et contre-indications

Sauf avis médical, la plante est proscrite en cas de prise de psychotropes, de même que pendant la grossesse ou lors de l’allaitement. Comme toute plante, elle peut s’avérer nocive en quantités inappropriées. Respectez toujours les doses indiquées. Ne pas donner en dessous de 6 ans sans avis médical.


Avoine

Nom latin : Avena sativa

Famille : Poacées

Nom vulgaire : civado, folle avoine, follette, bambiche, herbe à barbe.

Ses propriétés

Equilibrant du système nerveux, l’avoine est un très bon stimulant psychique, capable de réguler les troubles du sommeil. Dans la tradition phytothérapique, l’extrait d’avoine est réputé pour son action contre la constipation et pour ses propriétés émollientes, antioxydantes et cicatrisantes pour la peau. Cette plante peut également tenir lieu de stimulant sexuel et soulager les rhumatismes.

Son histoire

Dans l’Antiquité, l’avoine était utilisée par les prêtres pour prédire l’avenir. Plus tard, le médecin Nicholas Culpeper (1616-1654) s’en servit en cataplasme pour soigner la gale et la lèpre. A la fin du XIXe siècle, l’abbé Kneipp soutenait les vertus réconfortantes de l’avoine pour « les convalescents épuisés ».

Comment la reconnaître ?

L’avoine est une graminée aux racines profondes, utilisée pour nourrir le bétail. Ses tiges frêles portent des inflorescences en grappes, composées de fleurs et de petits épis qui renferment les graines. Bien qu’elle pousse généralement à l’état sauvage, elle peut aussi agrémenter les jardins.

Parties utilisées : Les grains et les parties aériennes.

Posologie

EN USAGE INTERNE
Contre l’état nerveux léger, l’insomnie et les rhumatismes :
Infusion  : laisser infuser 3 g d’herbe séchée pour 25 cl d’eau bouillante, 10 min. Filtrer. 3 à 4 tasses par jour dont 1 tasse avant le coucher (contre l’insomnie seulement).

Teinture-mère 15 gouttes dans un verre d’eau chaude 5 fois par jour.

Comme reconstituant :
Recette : laver 1 litre d’avoine, 8 à 10 fois. Faite bouillir dans 3 litres d’eau jusqu’à réduction des volume de moitié. Laisser décanter. Cuire 5 à 10 min. Ajouter 30 cl de vinaigre de cidre. Sucrer. Manger cette bouillie au petit-déjeuner et en milieu d’après-midi.
10 à 15 jours en curatif.

EN USAGE EXTERNE
Contre les démangeaisons

Compresses : Imbiber un linge d’infusion et appliquer sur la zone atteinte, quelques minutes.
Décotion : Laisser infuser 20 g de plante séchée dans 1 litre d’eau. Faire bouillir 3 min. Laisser macérer de 10 à 20 min. Filtrer. Diluer dans l’eau de son bain.

Précaution d’emploi et contre-indications

Comme toutes les plantes, l’avoine peut s’avérer nocive à doses trop importantes. Respectez toujours les quantités indiquées. Ne pas donner en dessous de 6 ans sans avis médical.

Houblon

Nom latin : Humulus lupulus

Famille : Cannabacées

Noms vulgaires : couleuvrée, digérable, bois du diable, houblon grimpant, loup de terre Salsepareille nationale, vigne du Nord.

Ses propriétés

L’huile essentielle de houblon (comme la plante dans une moindre mesure) a des propriétés sédatives et hypnotiques. Bactéricide et bactériostatique (il arrête la multiplication des bactéries) le houblon a également un effet oestrogénique (hormonal).

Son histoire

Introduit en France (et plus particulièrement en Alsace) au XIIe siècle, le houblon était prescrit contre les affections hypocondriaques et les vapeurs mélancoliques car glisser ses cônes sous son traversin facilite un sommeil réparateur -d’où son surnom d’herbe à oreiller !

Comment la reconnaître ?

Le houblon est une plante grimpante aux feuilles palmées divisées en 3 ou 5 lobes. On reconnaît aussi la plante à ses fleurs femelles, une inflorescence en forme de cône.

Parties utilisées : Les inflorescences féminines à la forme conique.

Posologie

EN USAGE INTERNE
Contre les insomnies

Infusion : Laisser infuser 10 grammes de cônes pendant 10 minutes dans un litre d’eau bouillante. Filtrer. 1 tasse à l’heure du coucher.
Gélules : 2 gélules au dîner, puis 2 au coucher.
Teinture-mère ou extrait fluide : Diluer 50 à 100 gouttes dans un verre d’eau, le soir.
Macération : Laissez macérer 40 g de cônes dans 40 cl d’alcool à 40°, 10 jours. Filtrez. 1 cuillère à café 1 à 2 fois par jour.

USAGE EXTERNE :
Contre les troubles nerveux

Infusion : Laisser infuser 10 grammes de cônes pendant 10 minutes dans un litre d’eau bouillante. Verser dans son bain chaud… Savourer 20 minutes.

Précautions d’emploi et contre-indications

Les principes amers composant le houblon peuvent parfois s’avérer toxiques. Ainsi, des effets sédatifs sur le comportement nerveux ont parfois été observés sur des ouvriers travaillant dans les brasseries. Cependant, les préparations phytothérapiques vendues aujourd’hui sur le marché sont dénuées de ce risque. Ne pas donner en dessous de 6 ans sans avis médical.

Millepertuis

Nom latin : Hypericum perforatum

Famille : Hypericacées

Noms vulgaires : herbe de la Saint-Jean, chasse-diable, herbe-à-mille-trous, herbe aux piqûres, trucheron jaune, herbe aux brûlures.

Ses propriétés

Grâce à l’un de ses composants, l’hyperricine et à ses dérivés, le millepertuis a une action antiseptique et antivirale. Mais il est surtout connu pour ses effets antidépresseurs. Aussi, est-il conseillé dans le traitement des manifestations dépressives légères telles que la lassitude nerveuse ou des troubles du sommeil.

Son histoire

Autrefois surnommée « l’herbe aux fées », le millepertuis avait la réputation d’éloigner les démons. On en plaçait une branche sur sa porte d’entrée à la Saint-Jean. La plante était également utilisée comme onguent sur les brûlures et les blessures. Pourquoi ? Pour repousser les mauvais esprits qui, pensait-on alors, empêchaient la plaie de cicatriser. Egalement conseillés alors contre les troubles nerveux, le Millepertuis fut abandonné au XIXe siècle. Il n’a été réhabilité que très récemment.

Comment la reconnaître ?

Cette plante herbacée peut atteindre plus de 60 cm de hauteur. Elle possède des fleurs jaunes doré à cinq pétales et cinq sépales. Elle dispose également d’une tige dressée entourée de feuilles parsemées de points noirs qui ressemblent à des trous ( pertuis signifie ’trou’ en latin).

Parties utilisées  : Les sommités fleuries.

Posologie

EN USAGE INTERNE
Contre la lassitude nerveuse et les troubles du sommeil

Infusion : 1 cuillère à café de plante séchée pour une tasse d’eau bouillante. Laisser infuser 5 min. Filtrer. 2 tasses par jour au moment des repas.
ou Vin* : Laisser macérer 50 g de fleurs dans un litre de vin rouge, 2 à 3 semaines. Passer, exprimer, puis filtrer.

Contre les troubles digestifs : 1 verre à madère le soir, une heure avant de se coucher ou juste après le dîner.

Contre la baisse de libido : 1 verre à madère** de vin matin et soir.

Précautions d’emploi et contre-indications

Des précautions sont nécessaires en raison de la présence d’hypericine et de ses propriétés photosensibilisantes. Par voie orale, il faut se méfier des interactions médicamenteuses : la prise de spécialités pharmaceutiques à base de millepertuis est déconseillée en cas de traitement contenant de la digoxine, de la théophylline, ou de prise d’un contraceptif oral, d’un antidépresseur ou d’un antimigraineux de la famille des triptans. Ne pas donner en dessous de 6 ans sans avis médical.

whitania

Nom latin : Withania somnifera

Famille : Solanacées

Noms vulgaires : ashwagandha, ashgandh, ginseng indien.

Ses propriétés

Le withania a des propriétés à la fois toniques et sédatives. Prescrit à fortes doses, il est hypnotique (il maintient et induit le sommeil). Ses racines ont des propriétés antistress. La plante est également connue pour son action bénéfique sur le système immunitaire. Elle possède, enfin, des propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires.

Son histoire

Utilisé depuis plus de 2 000 ans en médecine traditionnelle indienne, withania signifie en sanskrit « qui a l’odeur de cheval »… La plante confèrerait l’énergie et la vitalité de l’équidé, d’où sa réputation d’excellent aphrodisiaque. De récentes recherches ont mis en évidence d’intéressantes propriétés antimitotiques (qui empêchent la multiplication des cellules) des whitanolides D et E sur des tumeurs expérimentales.

Comment la reconnaître ?

Le withania, originaire des régions tropicales d’Inde, est un buisson. Mais il peut atteindre 1,20 m de hauteur. Ses branches sont recouvertes d’un duvet grisâtre et de longues feuilles. Les fleurs, à corolle lobée de couleur vert-jaune, sont groupées par 4 à 6. Le fruit est une petite baie rouge vif.

Parties utilisées : Les racines.

Posologie

EN USAGE INTERNE
Contre la fatigue, les rhumatismes articulaires

Décotion : 1 à 2 g de racine pour 1 tasse d’eau. Laisser bouillir 15 minutes. Laissez infuser 10 minutes. 2 tasses matin et soir.
Teinture et extrait fluide : 40 à 80 gouttes dans un verre d’eau, 3 fois par jour.

Contre l’insomnie, l’anxiété, les troubles nerveux

Gélules dosées à 350 mg de poudre : 1 à 2 gélules par jour avec un verre d’eau.
Gélules dosées à 125 mg d’extrait sec : 1 gélule avec un verre d’eau, matin, midi et soir.

Précautions d’emploi et contre-indications

La plante est contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitant. Elle est également déconseillée en cas de prise de barbituriques ou d’anxiolytiques, dont elle augmente les effets.

Camomille allemande

Ne pas confondre avec la grande camomille (Tanacetum parthenium) qui sert à soigner les maux de têtes. La camomille allemande pousse à l’état naturel dans plusieurs régions du monde. Elle fait partie des remèdes traditionnels officiels de 26 pays et entre dans la composition d’une multitude de préparations pharmaceutiques. En Allemagne, par ex, des préparations à base de camomille sont utilisées en médecine pédiatrique pour traiter l'érythème fessier et les croûtes de lait (chapeau) des nourrissons.

Ses Propriétés

Par voie orale

Traiter les troubles de la digestion.

Soulager les coliques chez les bébés, en association avec le fenouil et la mélisse.
Soulager les spasmes et les inflammations du tube digestif, l’agitation et l'insomnie nerveuse.

Traiter la gastro-entérite, la gastrite, les ulcères gastriques et duodénaux, les flatulences, les ballonnements, la diarrhée, les douleurs menstruelles, la tension nerveuse, les symptômes du rhume.

En application

Traiter l’eczéma et les hémorroïdes.
Prévenir et traiter la mucosité (inflammation des muqueuses de la bouche) causée par les traitements de radiothérapie et de chimiothérapie.
Traiter les inflammations et les irritations de la peau et des muqueuses; soulager l'inflammation et l'irritation des voies respiratoires (inhalation).

Posologie

EN USAGE INTERNE : Spasmes et inflammation du tube digestif, problèmes de digestion, gastro-entérite, agitation nerveuse

Infusion. Infuser 1 c. à soupe (3 g) de fleurs séchées ou un sachet dans 150 ml d'eau bouillante pendant 5 à 10 minutes. Prendre trois à quatre fois par jour.
Extrait sec (en gélules). Suivre la posologie du fabricant.

USAGE EXTERNE : Inflammation de la peau ou des muqueuses

Compresse, rince-bouche et gargarisme. Infuser de 3 g à 10 g de fleurs séchées (ou un sachet) par 100 ml d’eau bouillante et laisser refroidir. On peut aussi employer de l’extrait fluide dilué dans de l'eau tiède.
Cataplasme. Utiliser une préparation contenant de 3 % à 10 % de fleurs.
Bains de siège. Infuser 5 g de fleurs séchées (ou deux sachets) par litre d'eau bouillante.
En Inhalation : Inflammation des voies respiratoires

Inhalation. Infuser 3 g de fleurs (ou un sachet) dans 150 ml d'eau bouillante pendant 5 à 10 minutes. Inhaler les vapeurs lorsque la préparation est encore chaude.

Précautions d’emploi et contre-indications

Contre-indications
Ne pas utiliser si on est sensible ou allergique aux plantes de la famille des astéracées telles que la marguerite, l’arnica, le souci, l’achillée millefeuille, le chrysanthème, etc. Les personnes allergiques à l’armoise commune et à l’ambroisie (herbe à poux) sont plus à risque de faire une allergie croisée à la camomille allemande.
Interactions
Son léger effet calmant pourrait s'ajouter à celui des sédatifs de synthèse.
Il se peut que de fortes doses de camomille puissent accentuer l’effet des médicaments anticoagulants comme la warfarine.

Passiflore

Nom Commun : Fleur de la passion, Grenadille

Parties Utilisées : Les feuilles et les fleurs

Histoire :
La passiflore est une plante vicave dont les tiges sarmenteuses peuvent atteindre 9 mètres.

Originaire d'Amérique, la passiflore s'est acclimatée en Europe, surtout dans les région méditerranéenne. Sa multiplication s'effectue par semis des graines ou éclat des touffes. Récoltez la plante au moment de la floraison, faites-la sécher dans des endroits secs et aérés. Une autre qualité venant de l'Inde est moins active.

Propriétés :
Tranquillisante
Sédative dans les insomnies légères

Indications :
Névralgies
Spasmes nerveux
Sevrage des traitements par anxiolytiques (médicaments utilisés contre l'anxiété)
Palpitations cardiaques et accélérations du rythme cardiaque (en association avec l'aubépine)
Surmenage
Ménopause
Alcoolisme
Angoisse émotionnelle
Spasmes, particulièrement au niveau des muscles lisses (muscles des intestins entre autres)

Remarque
La passiflore renforce l'action de la papavérine (contenue dans l'opium).

Toxicité et effets secondaires
A doses trop élevées, la plante peut engendrer des céphalées


Mélisse

Nom commun : Baume mélisse, herbe au citron, thé de France, piment des abeilles

Nom Latin : Melissa officinalis,

Famille : labiées des lamiacées.

Nom anglais : Lemon balm

Partie utilisée : Feuilles

Histoire :
Originaire des régions du pourtour de la Méditerranée, la mélisse est une vivace aujourd’hui acclimatée ou cultivée dans toutes les parties tempérées, notamment en Amérique du Nord et en Europe. Les feuilles, de préférence jeunes, peuvent être récoltées à deux ou trois reprises durant la saison.

La mélisse fait partie de la pharmacopée universelle depuis la Grèce antique. Il y a très longtemps déjà qu’on la cultive un peu partout pour ses usages médicinaux et culinaires, les Amérindiens ne faisant pas exception à la règle. Les usages traditionnels étaient sensiblement les mêmes d’une culture et d’un lieu à l’autre : pour le système nerveux, le système digestif, la circulation, l'immunité.

Les herboristes ont souvent associé la mélisse à d’autres plantes, par exemple à la menthe poivrée pour combattre des troubles digestifs ou à la valériane pour soulager les troubles nerveux.

Il existe des liqueurs comprenant de la mélisse, dont la bénédictine et la chartreuse (des préparations alcooliques créées vers la fin du Moyen Âge et à la Renaissance dans des monastères français; on les appelait alors élixirs, élixirs de longue vie ou liqueurs de santé), qui renferment également plusieurs autres plantes. On connaît également l’Eau de mélisse des Carmes, créée en 1611 par les religieux du Carmel de la rue Vaugirard à Paris. Elle est fabriquée aujourd’hui par un laboratoire pharmaceutique français suivant la recette originale dont on a préservé le secret jusqu’à ce jour.

Ce n’est qu’en 1978 que des chercheurs allemands identifiaient les propriétés antivirales de la plante, et il fallut attendre les années 1990 pour que les premières études cliniques soient menées, toujours en Allemagne, sur les effets de la mélisse contre le virus de l’herpès simplex.

La mélisse fraîche est également utilisée en cuisine, dans les salades, pour assaisonner le poisson et les oeufs, ou dans les desserts.

Indications
Voie interne
Soulager les coliques infantiles, en combinaison avec d’autres plantes (fenouil et mélisse notamment).
Soulager l’anxiété, l’agitation, les troubles du sommeil, les spasmes gastro-intestinaux mineurs.
Soulager la nervosité, l'agitation, l'irritabilité, les troubles du sommeil et les spasmes gastro-intestinaux mineurs.
Soulager les troubles nerveux, les spasmes digestifs; calmer les palpitations cardiaques d'origine nerveuse; favoriser le sommeil
Voie externe
Traiter l'herpès génital, l’anxiété, l’agitation, les troubles du sommeil.
Diminuer l’intensité et la récurrence des symptômes de l’herpès labial
Traiter l'herpès labial.
Traiter les blessures mineures, soulager les névralgies.

Posologie
Voie interne : Troubles nerveux et digestifs Insomnie, nervosité, agitation
Feuilles séchées. Infuser de 1,5 g à 4,5 g dans 150 ml d’eau bouillante et prendre de 2 à 3 fois par jour.
Voie externe : Herpès labial
Appliquer une crème ou une lotion renfermant 1 % d’extrait aqueux lyophilisé (70:1), de deux à quatre fois par jour jusqu’à la disparition des lésions.

Bigaradier Feuilles et Fleurs (Petit Grain)

Nom Latin : Citrus Aurantium L. variété amara (feuilles ou fleurs)
En huile essentielle les fleurs = neroli et les feuilles = Petit grain Bigarade

Nom commun : Orange Amère

Famille : Rutaceae

Parties utilisées : Feuille et Fleurs

Propriétés :

Par voie orale

Régularise le rythme cardiaque, les palpitations
Détend, calme, apaise
Rassure et calme les enfants
Favorise le sommeil
Renforce le système digestif
Antispasmodique et sédative (fleurs essentiellement)

Indications :

 Dépression, choc, deuil, burn-out, phobie
 Fatigue chronique, insomnie
 Stress, trac, incapacité à se laisser aller
 Troubles du rythme cardiaque

  • Manque de joie et de créativité
  • Crampes d’estomac

En application

Propriétés :

Régénérant pour toutes les peaux
Tonique et rafraîchissant doux cutané

Indications :

Soin tonique et anti-âge pour peaux normales et sèches
Soin des peaux délicates
Ingrédient actif dans des crèmes et laits anti-âge et hydratants


Tilleul


Nom Latin : Tiliae platyphyllos, Tilia cordata

Famille : Tiliaceae

Parties utilisées : Fleurs en latin tiliae flos et bractée

Histoire :

Les Iroquois et les Saulteux consommaient les jeunes pousses et les rameaux, crus ou cuits. Quant à l'écorce, ils la cuisaient d'abord longuement puis la broyaient et l'ajoutaient aux bouillons de poisson ou à de l'huile de poisson qu'on intégrait ensuite aux ragoûts.

Les jeunes feuilles encore translucides et très tendres sont excellentes en salade. On peut également les faire lactofermenter. Plus âgées, elles ont été séchées puis réduites en farine et ajoutées à des céréales. Réputé pour être très nutritif, ce plat était répandu lors de la dernière guerre mondiale alors que les nazis tentaient d'affamer la population française. On a aussi employé les feuilles comme fourrage pour le bétail.

On peut ajouter les fleurs aux salades de fruits ou de légumes, qu'elles parfumeront agréablement. Les fruits rôtis, que les anglophones désignent sous le nom de monkey-nuts, ont servi à préparer un succédané de café. Quant à la sève, elle est, paraît-il, fort bonne à boire. On peut aussi en faire du sirop, mais le rendement est faible.

Le miel de tilleul est celui qui possède la saveur la plus délicate.

Toutefois c’est l'infusion la plus répandue.

Propriétés :

Fièvre, refroidissement, troubles du sommeil (difficulté d’endormissement…)

Voix interne :
Sédatives et légèrement hypnotiques, sudorifiques (fais baisser la fièvre) et diurétiques, les fleurs de tilleul servent à soigner les spasmes, les troubles digestifs, l'insomnie, les névroses et, parce qu'elles agissent sur l'hyperviscosité et l'hypercoagulation sanguines, l'athérosclérose et la pléthore.
Plus récemment, on a découvert qu'elles augmentaient la résistance non spécifique de l'organisme, ce qui en fait un excellent remède contre la grippe et le rhume.
Soulage les maux de tête dus au sinusites
Réduit les sécrétions nasales
Diminue la tension artérielle due à troubles psychologiques ou nerveux mais aussi dans des traitements à long terme pour des pressions artérielles élevées associées à l’arthériosclérose

Voix externe :

Ecorce et les feuilles sous la forme de cataplasmes émollients contre les enflures douloureuses et l'inflammation des yeux. En lotion, calme les démangeaisons cutanées.
Le bain aux fleurs de tilleul est réputé pour la fatigue nerveuse, l'insomnie et l'anxiété. On prépare d'abord une infusion avec 1 1/2 tasse de fleurs dans 1 litre d'eau. On filtre et on ajoute l'infusion à l'eau du bain. Rester dans le bain une quinzaine de minutes dans ce bain avant de se mettre au lit.

Lavande

Noms communs : lavande vraie, lavande angustifolia, lavande officinale

Noms latin : Lavandula angustifolia, L. officinalis, L. vera,

Famille : labiées ou lamiacées

Partie utilisée : sommités fleuries

Propriétés :

Contribue à réduire l’anxiété.
Traite l'agitation, l’insomnie, les malaises digestifs d'origine nerveuse (indigestions, coliques), le ballonnement et, en balnéothérapie, les troubles de la circulation, insecticide en externe.
Action apaisante sur  l’asthme d’origine nerveux
Soulager les symptômes de la dépression, les douleurs spasmodiques, névralgiques et rhumatismales.

Note. Depuis environ une vingtaine d'années, des chercheurs s'intéressent à certaines substances extraites de la lavande (le limonène et l'alcool périllylique) qui semblent pouvoir combattre plusieurs formes de cancer. Il va sans dire que l'utilisation de ces substances chimiquement isolées de la plante et hautement purifiées nécessite une surveillance médicale.

Posologie :

Voie interne : Agitation, insomnie, malaises digestifs d'origine nerveuse, ballonnement
Infusion. Infuser 0,8 g à 1,5 g de fleurs séchées (de 1 c. à thé à 2 c. à thé) dans 150 ml d'eau bouillante pendant 5 à 10 minutes. Boire jusqu'à trois tasses par jour, au besoin. Prendre au coucher pour combattre l'insomnie.
Inhalation. Verser de 2 à 4 gouttes d'huile essentielle dans un diffuseur. À défaut de diffuseur, verser l'huile essentielle dans un grand bol d'eau bouillante et aspirer les vapeurs, la tête au-dessus du bol et recouverte d'une grande serviette. Répéter les inhalations plusieurs fois par jour, au besoin, ou au coucher pour combattre l'insomnie.

Voix externe : Agitation et insomnie

Au coucher, appliquer cinq gouttes d’huile essentielle de lavande vraie sur les avant-bras et le plexus solaire (au centre de l’abdomen, entre le sternum et le nombril).

Troubles fonctionnels de la circulation
Dans un bain chaud. Ajouter 1 g à 5 g de fleurs séchées par litre d’eau (20 g à 100 g pour une baignoire de 20 litres). Si insomnie associée, prendre le bain avant de se coucher

Aubépine

Nom latin : Crataegus oxyacantha

Famille : Rosacées

Noms vernaculaires : Épine blanche - Noble épine - Bois de mai.  

Partie utilisée : Sommité Fleurie

PRINCIPES ACTIFS MAJEURS

L'action des sommités fleuries de l'aubépine est liée à la présence d'un grand nombre de flavonoïdes (notamment l'hyperoside et la vitexine) qui sont des polyphénols, à une huile essentielle, à des stérols, à des dérivés leucoanthocyaniques, à des acides triterpéniques et des hétérosides.

Propriétés

Tonicardiaque liée à son action vasodilatatrice des vaisseaux coronaires et, par voie de conséquence, l'amélioration de la nutrition du muscle cardiaque ;
Régulatrice des troubles du rythme cardiaque par ralentissement et normalisation des contractions cardiaques ;
Hypotensive quand la tension artérielle est trop élevée par vasodilatation des vaisseaux ;
Sédative du système nerveux central et antispasmodique ;
Favorise globalement le pouvoir d'utilisation de l'oxygène par les cellules.

 Indications

Prévention des accidents dans les affections cardiaques (notamment chez les angineux et les cœurs fatigués).
Sédative et tranquillisante.
Sphère cardio-vasculaire : Angine de poitrine - Coronarite - Maladies cardiaques dégénératives -
Cœur sénile - Tachycardie - Palpitations - Perception exagérée des battements cardiaques chez les personnes anxieuses - Arythmie - Extra-systoles - Artériosclérose - Hypertension artérielle et ses complications - Spasmes vasculaires et leurs conséquences (vertiges, bourdonnements d'oreille, etc.) -
Troubles circulatoires de la ménopause (bouffées de chaleur, palpitations, etc.). 
Sphère neuro-psychique : Anxiété - Nervosisme - Déséquilibres nerveux en général - Insomnie aussi
bien chez l'adulte que chez l'enfant - Traitement progressif de substitution à la chimiothérapie tranquillisante.
S
phère cutanée : Engelures. (Toujours en Interne)

Préparez la recette de la liqueur d'aubépine*  directement en bouteilles.

Les fleurs doivent être fraîches. Laissez tomber ces nuages de fleurs dans un grand panier. Séparez les tiges et les feuilles des fleurs. Remplissez un bocal d'1 litre de fleur fraîches. Evitez les tiges (mauvais goût).
 Pour un bocal d'un litre de fleurs, mettre 2 cuillères à soupe de sucre en poudre. Remplissez la bouteille d'eau de vie et fermez hermétiquement. Laissez infuser pendant 2 mois au moins, en plaçant le bocal dans un endroit obscur. Secouez-le de temps en temps. Filtrez pour mettre en bouteille.
Vin d'aubépine 

Au printemps, on prend des fleurs d'Aubépine qu'on laisse macérer un mois dans du vin. Puis on égoutte, on filtre.


Homeopathie

Coffea cruda

C’est le café non torréfié qui constitue ce remède homéopathique (le café n’a pas été chauffé pour augmenter sa taille et dévélopper son arome). C’est les caféiers qui produisent des fruits charnus, rouges ou violets à deux noyaux contenant chacun un grain de café.

En homéopathie, on peut facilement imaginer que coffea cruda a un rôle à jouer contre les insomnies et un état de nervosité important. Ce remède est principalement préconisé pour traiter les insomnies dues à une forte agitation cérébrale.
Autres domaines d’actions :
Douleurs dentaires
Très fortes palpitations

Gelsemium sempervirens

C’est le Jasmin de Virginie ou Jasmin de Caroline (Gelsemium sempervirens) qui est à l’origine de ce remède homéopathique. Gelsemium sempervirens est une plante vivace formée de liane grimpante de la famille des Loganiaceae. Ce jasmin est originaire du Sud des États Unis et du Nord du Mexique.
C’est une plante toxique.

En homéopathie, c’est la racine qui est utilisée. Gelsemium sempervirens est préconisé contre de grande fatigue nerveuse et début de dépression. Ces troubles de nervosité pouvant être accompagné d’une fatigue physique générale avec fièvre. Egalement baisse de la tension et du rythme cardiaque. Grande difficulté à se concentrer. Ces états fébriles s’accompagnant d’absence de soif.
Autres domaines d’action liés :
Trac et grande émotivité
Grippe
Migraine
Rougeole
Diarrhée
Insomnie

Ignatia amara

Ce médicament homéopathique se trouve sous la forme de granule généralement IGNATIA 9CH. La substance de base de l’Ignatia amara est la fève de Saint Ignace, plante légumineuse grimpante de la famille des Loganiacées (Strychnos ignatii)
L’Ignata amara est recommandé aux personnes émotives d’humeur changeante pouvant facilement passer des rires aux pleures :

Angine
Contrariété
Chagrin
Nervosité
Morosité
Certaines migraines

Nux vomica

Origine :  graine du vomiquier. Le vomiquier (Strychnos nux-vomica) est un arbre de la famille des Loganiacées originaire de l’Asie du sud-est. Le vomiquier, par ses graines (noix vomique), contient un alcaloïde extrêmement toxique, la strychnine.

Indications :  problèmes digestifs importants.
Nux vomica arrive souvent après la “gnôle” pour faciliter une digestion difficile due à un repas trop copieux et bien arrosé.
Nux vomica convient spécialement aux personnes très volontaires et actives et ouvertes sur le monde.

Autres domaines d’action liés :
Troubles dus au décalage horaire
Stress et anxiété
Aigreurs et crampes d’estomac
Constipation
Diarrhées
Eruptions cutanées

Passiflora Incarnata

Origine : fleur de la Passion

Indication : trouble du comportement : insomnies
Sur quel critère : anxiété retardant l’endormissement

 

Valeriana Officinale

Origine : Valériane

Indication : Insomnie, Spasmophilie

Sur quel critère :
Agitation, variabilité de l’humeur, hypersensibilité à la douleur et insomnie

Crampes musculaires au niveau des membres

Spasmes pharyngés, oesophagiens ou gastriques

Sensibilité aux contrariétés.

Autres domaines d’actions liées :
Céphalalgie oppressive lancinante pendant huit heures.
Douleurs rhumatismales dans les épaules.
Douleurs rhumatismales dans les membres.
Douleur constrictive dans le dos.
Douleur convulsive dans la poitrine.
Augmentation de la chaleur.

* Les vins remplacent très bien les teintures mères et étaient couramment utilisés traditionnellement. L'alcool est un très bon solvant des principes actifs des plantes. Bien sûr, il faut suivre la posologie et ne pas en abuser.

** Verre à madère soit 50 à 60 ml, ou 2 grosses cuillères à soupe

les-plantes-du-sommeil

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis.

Donner votre avis

Security Image
* Informations obligatoires